DIMANCHE 1er NOVEMBRE 2020

Deux sonates ainsi que d’autres oeuvres dédiées au grand violoniste-compositeur interprétées par Martin Reimann (violon) et Nicolas Le Roy (piano)

EUGÈNE YSAŸE

Eugène Ysaÿe (1858-1931) est une légende de la virtuosité violoniste inscrite dans la mémoire collective. Il était également un compositeur, qui mettait, bien sûr, son instrument à l’honneur.
En 1923, il entend son collègue de violon, Joseph Szigeti, interpréter les Six sonates et partitas pour violon seul de Johann-Sebastian Bach (BWV 1001-1006). Cela le motive pour composer un cycle de même nature, dont chacun des numéros est composé pour un virtuose de son époque, en tenant compte théoriquement de leur technique, mais étant pratiquement de l’Ysaÿe soi-même.
Ysaÿe adopte les mêmes modes que le cycle de Bach, 4 pièces en mineur et les deux dernières en majeur, les mêmes tonalités pour la première (sol mineur) et la dernière (mi majeur). Mais là où Bach a choisi ses tonalités selon une série de quintes à partir du do, Ysaÿe donne à ses pièces (2, 3, 4, 5,) les tonalités des cordes à vide du violon. Comme chez Bach, le cycle d’Ysaÿe comporte trois sonates en quatre (ou trois) mouvements, et trois autres en un ou deux mouvements (en quelque sorte les trois sonates et les trois partitas).
On remarque que les quatre mouvements de la première sonate sont une réplique conforme du plan adopté par Bach, avec un second mouvement fugato, qui serait typique des sonates d’églises ou du stile antico.
La première sonate est naturellement composée pour le hongrois Joseph Szigeti. La seconde est composée pour Jacques Thibaud, le français qui fut son élève, on y entend de magnifiques variations sur le Dies Irae, et des citations du prélude à la partita en mi majeur de Bach. La troisième, dédiée au roumain Georges Enesco est une ballade sur un rythme espagnol de habanera. La quatrième, une suite, est pour Fritz Kreisler. La cinquième est dédiée à son partenaire de quatuor, Mathieu Crickboom, et la sixième à Manuel Quiroga, qui fut le seul à ne pas avoir créé la pièce qui lui était offerte, pour des raisons de santé.

 

MARTIN REIMANN

Après avoir obtenu son prix de virtuosité pour violon à la Haute école de musique de Lucerne dans la classe de Gunars Larsens, Martin Reimann se rend à Paris afin de se perfectionner au Conservatoire Supérieur et en privé avec Ivry Gitlis. Membre des premiers violons de « l’Orchestre des Champs-Elysées » (dir. Philippe Herreweghe) et de «la Chambre Philharmonique », il est régulièrement appelé à jouer avec des ensembles tels que « l’Orchestre révolutionnaire et romantique », « Anima Eterna » ou le « Dresdner Festspielorchester » sous la baguette de chefs comme John Eliot Gardiner, Emmanuel Krivine ou Ivor Bolton.Passionné par la musique de chambre, Martin Reimann se produit à côté de partenaires tels que Bruno Pasquier,Alice Ader, Jos van Immerseel, Frank van den Brink. Un point central de son répertoire sont les six sonates pour violon seul d’Eugène Ysaÿe qu’il donne souvent dans leur intégralité en concert.

NICOLAS LE ROY

Nicolas Le Roy initie ses études de piano à Lille et les poursuit au conservatoire de Genève dont il sort diplômé en piano et accompagnement. Ses études terminées, il se perfectionne ensuite auprès de Pascal Rogé et Jean-François Antonioli. Passionné d’opéra, il collabore à de nombreuses productions en tant que chef de chant, notamment avec le Grand Théâtre de Genève. Il est pianiste officiel de Concours Internationaux tels que le CIEM (Concours International d’Exécution Musicale) ou Tibor Varga. En tant que soliste, il a une prédilection pour l’œuvre d’Olivier Messiaen et interprète à plusieurs reprises « Les Regards sur l’Enfant-Jésus ». Il joue également les répertoires à deux pianos, notamment avec le londonien Daniel Adni. Nicolas Le Roy est accompagnateur en HEM de Suisse occidentale (Genève, Lausanne) et se produit régulièrement en concert en tant que soliste, ou en diverses formations de musique de chambre.
Depuis mai 2018, il organise au sein du Théâtre des Amis à Carouge une série foisonnante de “matinées classiques”, qui rencontrent un plein succès auprès d’un public croissant. Il est également sonorisateur pour divers spectacles.