DIMANCHE 20 NOVEMBRE 2022

Sonate n°15 op.28 en Ré Majeur dite Pastorale de Ludwig van Beethoven. La Polonaise-Fantaisie op.61 en Lab Majeur et le Scherzo n°4 en Mi Majeur op.54 de Frédéric Chopin
interprétés par Mayumi Kameda (piano)

 

LUDWIG VAN BEETHOVEN

Ludwig van Beethoven est un compositeur et pianiste allemand né à Bonn le 15 ou 16 décembre 1770 et mort à Vienne le 26 mars 1827. Dernier grand représentant du classicisme viennois (après Gluck, Haydn et Mozart), Beethoven a préparé l’évolution vers le romantisme et a influencé la musique occidentale pendant une grande partie du XIXe siècle. Inclassable, son art s’est exprimé à travers différents genres musicaux, et bien que ses Symphonies soient la principale source de sa popularité, il a considérablement impacté l’écriture pianistique et la musique de chambre.

La Sonate pour piano no15 en ré majeur, opus 28, de Ludwig van Beethoven, fut composée en 1801 et publiée en 1802 sous le titre de « Grande sonate pour le piano-forte ». Elle est dédiée au comte Joseph von Sonnenfels et c’est l’éditeur Cranz qui lui donne le titre de sonate « Pastorale », à ne pas confondre avec la Symphonie du même nom. Composée peu après la sonate « Clair de lune », la Sonate no15 appartient à la période délicate où Beethoven prenait conscience de sa surdité débutante. Mais rien n’y paraît dans cette œuvre sereine.

 

FRÉDÉRIC CHOPIN

Frédéric François Chopin est un compositeur et pianiste virtuose d’ascendance franco-polonaise, né en 1810 à Zelazowa Wola (actuellement en Pologne) et mort en 1849 à Paris.
Après sa formation à la Haute École de Musique de Varsovie et un début de carrière en Pologne et à Vienne, il s’installe en France à l’âge de 21 ans afin de développer son inspiration et bénéficier de l’effervescence du monde pianistique parisien. Il y rencontre Amantine Aurore Lucile Dupin de Francueil (nom de plume, George Sand), qui sera sa compagne pendant neuf ans.

Reconnu comme l’un des plus grands compositeurs de musique de la période romantique, Frédéric Chopin est aussi l’un des plus célèbres pianistes du xixe siècle. Sa musique est encore aujourd’hui l’une des plus jouées et demeure un passage indispensable à la compréhension du répertoire pianistique universel. Avec Franz Liszt, il est le père de la technique moderne de son instrument et influence toute une lignée de compositeurs tels que Gabriel Fauré, Claude Debussy, Maurice Ravel, Alexandre Scriabine, Sergueï Rachmaninov, ou Olivier Messiaen.

La Polonaise-fantaisie en la bémol majeur op. 61 est composée en 1846. Chopin la dédie à son amie Madame A. Veyret. Elle est publiée chez l’éditeur Brandus à Paris. Polonaise qui n’en a que le nom de par son rythme et sa structure formelle, le style de cette pièce à la délicate et tendre tristesse se rapproche plus de la liberté d’expression des ballades. La proximité immédiate de la rupture de Chopin avec Amantine Aurore Lucile Dupin de Francueil résonne dans cette oeuvre inspirée.

Le Scherzo n°4 en Mi Majeur op.54 est composé en 1841 à Nohant et 1842  à Paris. Il est édité en 1843, il est dédié à Jeanne de Caraman (dans l’édition londonienne de 1845), et dans l’édition parisienne à sa sœur Clothilde de Caraman, toutes deux élèves de Chopin. Il s’agit de l’unique scherzo en mode majeur, le moins violent et le moins sombre. Le morceau est rempli d’allégresse et de douce mélancolie.

 

 

MAYUMI KAMEDA

Née à Tokyo, elle a été formée à la Toho Music School avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Gabriel Tacchino. Après deux premiers prix, piano et musique de chambre, elle est admise en 3e cycle de piano, période durant laquelle elle a remporté le 1er prix du Concours International de Piano d’Epinal et le 2e prix au Concours International Robert Casadesus à Cleveland.

Elle s’est produite en soliste avec divers orchestres, comme l’Orchestre de la Suisse Romande, de Winterthour, des Pays de Savoie, de Cannes, etc. Comme chambriste, elle s’est produite avec de nombreux musiciens renommés tels Maxence Larrieu, Jean-Pierre Wallez, Maria Kliegel, Nobuko Imai…

En duo avec son époux, Jean Jacques Balet, tous deux se sont produits dans de nombreux pays, en Europe, Asie et en Amérique du sud. Parallèlement, elle consacre son temps à la pédagogie et a formé de nombreux jeunes pianistes, actuellement actifs. Elle a donné des master class dans différents pays, comme l’Ecole Centrale de Pékin, l’Académie de Takefu au Japon. Mayumi Kameda est régulièrement invitée au jury de différents concours nationaux et internationaux. Elle a enseigné au Conservatoire de Musique de Genève, et est actuellement chargée d’un cours de méthodologie didactique à la Haute École de Musique de Genève.